• Découvrez la vie d'une famille française qui a posé ses valises pour quelques temps dans le Canada anglophone.

    Bienvenue, Welcome !

    L'idée est de  partager notre quotidien, nos petites et grandes découvertes, ce qu'on aime et ce qu'on aime moins....

    Peut-être aurez-vous alors envie de venir explorer vous-mêmes ce pays passionnant...

    Très bonne lecture ! 


    votre commentaire
  • A peine la fête de Thanksgiving passée, les citrouilles ont commencé à s'installer sur les perrons des maisons. Plus les jours passaient et plus les fantômes, vampires, squelettes et pierres tombales envahissaient les jardins ... si bien qu'on commençait à éviter les sorties au crépuscule ... "BOO !!! " (c'est comme ça qu'ils font ici, les monstres et autres loups-garous, pour faire peur).

    Soirée Halloween du 31 octobre 

     Ni une ni deux, on a fabriqué notre propre citrouille pour lutter à armes égales. Effrayante, n'est-ce pas ?

    Soirée Halloween du 31 octobre

     Et puis le jour J, ou plutôt le soir S, nous nous sommes joints à un groupe de joyeux "trick-or-treaters" (parmi lesquels une copine de Yuna et ses parents) pour notre première tournée d'Halloween.

    Soirée Halloween du 31 octobre

      

    Soirée Halloween du 31 octobre

     Nos deux loustics se cachent parmi ces trick-or-treaters, les avez-vous reconnus?

     

    Soirée Halloween du 31 octobre

     

    Bilan: une soirée mémorable (super "funny"), quelques frayeurs tout de même (des monstres là où on ne les attendait pas), et une montagne de friandises récoltée (on en aura sûrement encore pour Noël...)

     


    votre commentaire
  • Lorsque nous avons découvert notre nouvelle maison, j'ai tout de suite été charmée par le jardinet côté rue, coquettement aménagé, ombragé par deux cèdres. 

    Nos petits compagnons des jardins

    Mais en regardant de plus près, j'aperçus alors dans le cèdre bleu des lambeaux de sac plastique pendouillant mollement le long du tronc ... Horreur ! Mais qu'est-ce que cette poubelle fait dans notre arbre ? et depuis combien de temps ? Il me semblait pourtant que les canadiens avaient la fibre écolo ... Alors là ! Quelle déception ! 

    Nos petits compagnons des jardins

    Et puis quelques temps après, en ouvrant ma porte, je suis tombée nez à nez avec un petit funambule qui filait comme une flèche sur le fil électrique, un rameau dans la gueule, et qui en quelques sauts rejoignit la fameuse poubelle, en fait son petit nid douillet... Alors, là, d'accord, plus rien à dire, ce n'est plus une "poubelle", c'est bel et bien du recyclage... La réputation du canadien est donc sauve ! 

    Je me suis alors rendu compte que j'en savais bien peu sur la vie de l'écureuil (oui, vous aviez deviné, c'est lui notre petit locataire !) et notamment s'il hibernait ou pas pendant la saison froide... Quelques recherches plus tard, j'avais la réponse: il n'hiberne pas mais réduit ses sorties, entre lesquelles il s'abrite dans un ou plusieurs nids.  

    Ici on rencontre une multitude d'écureuils gris et noirs (le noir est en fait une sous-espèce de l'écureuil gris), je dirais pas moins d'1 écureuil toutes les 10 secondes dès que l'on arpente les rues de notre quartier arboré. Ca donne des "Maman ! Là ! Un 'tit écureuil !!!... Mamannnn ! T'as vu le 'tit écureuil ?" toutes les 10 secondes, donc... en alternance avec "Maman ! j'ai vu une jolie feuille, là !" (pour en savoir plus, ne manquez pas mon futur super article consacré aux feuilles d'automne canadiennes ... je sais, vous trépignez d'impatience  mais chaque chose en son temps !...) 

    Nos petits compagnons des jardins

    Nos petits compagnons des jardins

    Revenons-en à notre écureuil gris: rien à voir, donc, avec les jolis écureuils roux en voie d'extinction dans nos forêts d'Europe (il aurait déjà totalement disparu en Grande Bretagne, quel dommage !). La faute à qui ? Eh bien, justement, à l'écureuil gris nord-américain, lorsqu'il a débarqué en Europe à la fin du 19 ème siècle . Parce qu'il est plus gros et plus armé face aux rigueurs hivernales, évidemment, le sournois !

    On l'aime bien quand même ce gros gris (tant qu'il reste de ce côté de l'Atlantique !) avec son doux camaïeux de beiges et de gris .

    Mais notre préféré, c'est sûr, restera toujours le petit roux d'Europe ! 

     


    5 commentaires
  • Dès le premier novembre, nous avons vu fleurir sur les manteaux des canadiens les poppies (coquelicots), symboles du sang versé par leurs aïeux sur les champs de bataille lors de la première guerre mondiale ; c'est également le symbole de la renaissance après le chaos. 

    Il est largement porté ici, même par les ados. Respect ! 

    11 novembre - Remembrance Day

    A l'origine de ce symbole, le très beau poème du lieutenant-colonel et médecin canadien, John McCrae, inspiré par les coquelicots fleurissant sur les terres ravagées des Flandres, au printemps 1915.

    Malheureusement, John McCrae n'a jamais su que son poème marqua ainsi son époque et les générations suivantes, puisqu'il mourut en France, à l'âge de 45 ans, quelques mois avant la fin de la guerre ! 

    Donc aujourd'hui, petit quart d'heure de poésie pour tout le monde :

    In Flanders fields, the poppies blow
    Between the crosses, row on row,
    That mark our place; and in the sky
    The larks, still bravely singing, fly
    Scarce heard amid the guns below.
     
    We are the Dead. Short days ago
    We lived, felt dawn, saw sunset glow,
    Loved, and were loved, and now we lie
    In Flanders Fields.

    Take up our quarrel with the foe:
    To you from failing hands we throw
    The torch; be yours to hold it high.
    If ye break faith with us who die
    We shall not sleep, though poppies grow
    In Flanders Fields.
                                       John McCrae


    En version française (traduction officielle par Jean Pariseau):

    Aux champ d'honneur, les coquelicots
    Sont parsemés de lot en lot
    Auprès des croix; et dans l'espace
    Les alouettes devenues lasses
    Mêlent leurs chants au sifflement
    Des obusiers.

    Nous sommes morts
    Nous qui songions la veille encore
    A nos parents, à nos amis,
    C'est nous qui reposons ici
    Au champ d'honneur.

    A vous jeunes désabusés
    A vous de porter l'oriflamme
    Et de garder au fond de l'âme
    Le goût de vivre en liberté.
    Acceptez le défi, sinon
    Les coquelicots se faneront
    Au champ d'honneur.

     

    Nos voisins et amis anglais portent aussi le Poppy ! 

    Pourquoi n'avons-nous pas, en France, cette jolie coutume ? (il y a bien un équivalent, le Bleuet, mais il n'a pas trop la cote, c'est bien dommage...) 

     


    2 commentaires
  • Première visite en famille à Toronto dimanche dernier. 

    Allez, hop!  On va tester le train de banlieue.... Marrant ce train, il me rappelle l'Auvergne ... Sais pas pourquoi...? (les wagons en forme de grosses pastilles Vichy ? la couleur d'un maillot de foot ?...)

    Toronto: CN Tower et Queen's Park

     

     

    Terminus ! Gare de Union. Direction les sommets pour un premier aperçu général de la plus grande ville du Canada.

    Toronto et la CN Tower

    CN tower: 553,33 mètres de haut ! 

    Une tour bien moins jolie que sa petite soeur française (ou plutôt devrais-je dire sa petite mamie, avec près de 100 ans d'écart), mais la vue depuis la plateforme d'observation, à 350 m, fait oublier le béton.

    Toronto et la CN Tower 

    Toronto et la CN Tower

    Alors, qu'est-ce que ça donne en haut? 

    Toronto: CN Tower et Queen's Park

     

    A Toronto et à la CN Tower

    Sympa la vue sur le lac et sur les gratte-ciel, mais un petit échantillon suffira... je vous épargne l'album photo à 360°.

    Un incontournable avant de partir: marcher sur le sol en verre pour une vue plongeante sur le pied de la tour et    un petit vertige...

    Toronto épisode 1: CN Tower

     

    Bon ça y est, la CN Tower, c'est fait !

    La suite...

     

     

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires