• Comment vivent les canadiens ?

    Quel est le mode de vie des canadiens ? Quelles sont leurs valeurs ? Qu'aiment-ils faire ? Qu'est-ce qui les différencie de nous, français, européens ?

  •  

    L'autre jour j'ai failli emboutir une voiture dans un carrefour. 

    J'ai freiné, pile sur la ligne blanche, quand j'ai vu les deux véhicules de droite s'engager en me coupant la route, réalisant à ce moment précis que quelque chose clochait.

    "OH…MY…GOSH!" oh, comme diraient les enfants. Le feu est rouge!

    Donc faut s'arrêter. 

    Oui… ça parait bête, mais ici, ce n'est pas si évident que ça… car on prend vite l'habitude de passer au rouge pour tourner à droite, une tolérance dans le Code de la route canadienne, et tellement dans les moeurs qu'on peut se faire klaxonner si on y déroge.

    (Seule exception: Montréal se la joue réglo, rouge c'est rouge, m'enfin !)

    Le rouge oui, mais avec modération

    Ça finit par mettre sens dessus dessous vos vieux automatismes. Rouge, je m'arrête, Vert, je passe, Rouge, je m'arr… je passe? Vert, je m'arrête…euh ? oh  Allons bon, maintenant il faut réfléchir pour conduire ?!

    Pas étonnant qu'on voie régulièrement de la tôle froissée dans les carrefours ! Si le (bon) sens inné bouscule les réflexes acquis, c'est un peu la roulette russe.

    Alors restez bien attentifs quand vous êtes prioritaire, gardez un pied au-dessus du frein pour anticiper le chauffeur pressé qui forcerait le passage à votre droite, ou pour éviter la conductrice aux déviances daltoniennes oops

    Le rouge oui, mais avec modération

    Dangereux sûrement, mais pratique pour gagner un peu de temps dans ce pays où les ronds-points n'ont pas encore été inventés ^^. Ah si, j'en ai bien rencontré un ou deux… mais ridiculement petits !

    J'ai lu dans la presse locale qu'ils pensent en installer sur Oakville (des ronds-points) et ça semble beaucoup inquiéter les usagers, cette priorité à gauche… C'est drôle, parce qu'ils la pratiquent déjà aux feux rouges ! 

    En tout cas, aucun risque de faire manifester les partisans des priorités à droite… puisqu'elles n'existent tout simplement pas ! Dans les carrefours multi-stop, le premier qui passe, c'est le premier arrivé. Le bon sens, n'est-ce-pas ?

    Même si ces quelques règles spécifiques peuvent embrouiller le cerveau, le droit à la conduite pour les étrangers ne nécessite généralement pas de remise à niveau théorique ni pratique, seulement l'échange de  son permis contre un équivalent ontarien - format carte bancaire - après avoir rempli un formulaire, payé 80 $ et passé un simple test de la vue.

    C'est donc ce que j'ai fait, un an après notre arrivée, et en quatrième vitesse puisque j'avais dépassé de 9 mois la date limite d'acceptabilité de ma feuille rose ! Il était temps… Sans compter qu'une pièce d'identité canadienne est bien utile pour ouvrir certaines barrières administratives. 

     

    Finalement la conduite au Canada est globalement plus simple qu'en Europe: boîtes automatiques de série, routes larges et en damier, visibilité parfaite à tout carrefour...

    On aime aussi cette voie "écologique", à gauche sur l'autoroute, réservée aux véhicules de deux occupants et plus. Bravo ! On gagne un temps précieux aux heures de pointe.

    Le rouge oui, mais avec modération

    Enfin, comble du pragmatisme (ou astuce de sensibilisation à la sécurité routière ?), ces formulaires qui arrivent par la poste avec votre permis de conduire, vous incitant à vous déclarer donneur d'organes. ouch

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Depuis quelques jours, des bouffées de printemps nous titillent les sens ! 

    Et pour cause, le sud ontarien s'est réchauffé de 15℃ du jour au lendemain; un renversement climatique aussi soudain que bienvenu, après un mois de février blanc et glacial, et au Québec un froid si exceptionnel  qu'il s'inscrit en record historique depuis l'invention des relevés météo !  

    Willie aurait-il eu raison ?

    Il était temps car nous étions tous lassés de ce gel permanent; de ce blizzard piquant; des gerçures aux doigts et aux lèvres; des paquets de neige sautant de la route au trottoir au rythme des chasse-neige; des conduites d'eau qui éclatent dans le mur de certaine(s) maison(s); des enfants qui oscillent entre surexcitation pour défaut de recréations extérieures, et crises de fatigue pour défaut de vacances; des enfilages de manteaux et pantalons de ski interminables dans le rush du matin: "Avant de mettre tes bottes, mets des chaussettes ma chérie !!…", "Maman, j'ai cassé ma fermeture-éclair ! ? "

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Mais tout ça, c'est bientôt fini… Les canards n'ont plus qu'à remballer leur froid, et saluer la clairvoyance de la marmotte ontarienne Willie, la seule à avoir prédit un printemps hâtif cool, se démarquant de ses congénères plus pessimistes, Phil l'américaine, Fred la québécoise et Sam la néo-écossaise, pffff!

    Enfin, j'enterre peut-être un peu vite l'hiver… N'oublions pas que la dernière neige de 2014 est tombée le 15 avril.ouch

    En tout cas les prévisions pour la quinzaine ne font pas mentir Willie: journées quasiment toutes dans le positif ! Pas du 10℃  comme en France, mais tout de même, de l'avis général "it is warm !" depuis qu'on a franchi la barre des -10℃ la semaine dernière. Tout est relatif.

    Conséquence perverse du réchauffement: sur les trottoirs, risque accru de glissades sur les flaques de la veille ! Certains piétons préfèrent emprunter la route plutôt que de marcher sur des oeufs.

    Par contre, à ce régime-là (positif le jour, négatif la nuit) on ne devrait pas tarder à voir le sirop d'érable couler à flots happy.

    Willie, c'est le plus fort !

    Mais alors qu'on assiste à la fonte accélérée des neiges qui recouvrent pelouses et caniveaux, une petite larme nous vient…. Parce qu'on ne peut pas le nier, dernière(s) neige(s) ou pas, on ne retrouvera plus ce coeur d'hiver canadien, qui nous a émerveillés par sa blancheur élégante, avec un saupoudrage tardif de grésil qui a transformé l'onctueuse mousse en voluptueuse meringue.

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

     Willie, c'est le plus fort !

    Il nous a impressionnés à Niagara: une banquise au pied des chutes, recouvrant la rivière jusqu'au pont Rainbow.

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Il nous a divertis de ses activités outdoor à foison: patinage, ski, luge, boules et bonshommes de neige...

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Et il nous a défié aussi, mais offert en même temps une leçon d'humilité, lorsque la conduite d'eau a éclaté un certain matin polaire. Ça tombait bien finalement, parce que la Miss a pu mettre en pratique pendant 4 jours une page de son dernier cours de sciences sociales : au temps des pionniers - chapitre 1: la vie sans eau courante.  ^^

    Alors malgré les mauvaises surprises, il va nous manquer, l'hiver canadien; notre prochaine saison froide sera un gentil frimas français, avec plus de température certes, mais moins de tempérament.

     


    4 commentaires
  •  

    La santé au Canada, c'est un concept commercial comme un autre.

    Les cabinets médicaux font du racolage passif "New patients welcome", peut-on lire sur leurs vitrines. Il faut rentabiliser. Au risque de s'engorger. Comme le cabinet médical où nous avions l'habitude d'aller jusqu'à maintenant… jusqu'à hier en fait. Aujourd'hui je suis allée consulter un nouveau médecin pour les enfants, plus proche, plus sympa et plus disponible, plus cher aussi… quoique…c'est pas vraiment plus cher puisque les tarifs du précédent docteur s'échelonnaient, en fonction des secrétaires, de 20$ jusqu'à 65$ pour le même type d'examen, allez comprendre ?!… La principale raison, d'ailleurs, qui m'a fait changer. Maintenant je paierai 50 $ à chaque consultation. Non mais ! ^^

    Seul bémol, je dois payer en cash, parce que je n'ai pas la carte de santé canadienne...

    " Your Health Card, please ?

    - Euh…? No, thank you… Euh, I don't have any Health Card because…".

    Mais ils s'en fichent de votre baratin, il va juste falloir étaler la monnaie sur le comptoir avant de rencontrer le médecin, car méfiance, cette fille (moi) rentre pas dans les cases; un des inconvénients à n'être pas salarié canadien, mais salarié français au Canada. Du coup je vois rouge dès qu'on m'annonce:

    "It is 144$ for people from outside Ontario

    - What??? oh Are you sure, I am a canadien resident…

    - Oh, then it is only 50 $ ". Ouf !

    Voilà c'est malin, ça a réveillé mon vieux stress enfoui… Oui parce que je veux bien payer ce que vous voulez, moi, mais la Secu va pas me rembourser avant trois mois, et encore… juste des clopinettes, avant de transmettre le dossier (s'il ne se perd pas entre deux bureaux), à la mutuelle complémentaire beaucoup plus spécialisée dans les cas d'expatriation bizarroïdes comme le nôtre. Vous sentez bien dans mes propos le vécu d'un an et demi au Canada, et autant de temps de dialogue de sourd avec la CPAM, n'est-ce pas ?

    Bon, avec toutes ces émotions, je suis en nage, et en plus j'ai encore oublié de faire remplir le formulaire S3124a par le médecin. Obligée d'y retourner. En revanche ce Monsieur a gagné un point supplémentaire parce que j'ai pas eu à lui répéter deux fois ce qu'il fallait mettre dans les cases. D'habitude je dois presque tenir le crayon tellement ils ont la flemme de lire le texte, pourtant traduit en anglais, mais écrit si petit... que rien ce serait pareil.

    Pour les dents c'est encore pire. Malgré le fait qu'on ait trouvé une dentiste roumaine parlant le français suite à deux ans de stage à Paris, on se demande tout de même si on ne se fait pas baratiner, embobiner, par le jargon de spécialiste … "Eh, oui, vous savez, ici on ne travaille pas du tout comme en France…"; ça c'est vrai, je l'ai tout de suite vu sur la facture, ou plutôt sur les factures puisqu'on y est allés tous les deux ou trois mois depuis notre arrivée pour la Nounette (caries, fluor, nettoyage, orthodontie, re-carie….): 130 dollars est un minimum.

    Pour un détartrage, c'est un hygiéniste, et pas le simple dentiste, qui interviendra. Résultat très impressionnant d'après les amis qui ont testé ! Maintenant ils leur suffit de sourire pour s'éclairer dans le noir. he

    En effet ici on travaille pour un résultat "dents blanches au carré". Il n'y a qu'a regarder autour de nous: tout le monde a un sourire de star ! "Allez toi, vas-y un peu, sourie-moi pour voir…". Et quand les lèvres de mon interlocuteur ou trice  se retroussent… Fichtre ! Pas une seule dent de travers, pas une seul petit coin d'émail jauni !...

    T'es en santé ?

    Alors ensuite, si vous n'en avez pas assez avec le médecin de famille ou le dentiste, passez donc voir l'optométriste, le chiropracteur, ou le naturopathe, il y en a forcément un près de chez vous.

    T'es en santé ?

    T'es en santé ?

    Et pour rester aussi beau qu'en santé, comme dit le franco-canadien, offrez-vous donc une petite séance au spa, à la manucure ou à la pédicure, sans oublier le cours de yoga ou de salsa... c'est la porte juste à côté. cool


    2 commentaires
  •  

    Depuis tôt ce matin nous vivons une micro-répétition de ce qui va se jouer à New-York et à Boston dans les prochaines heures...

    Tempête au bout du lac

    La Queen Elizabeth Way (l'autoroute qui contourne le lac Ontario à l'ouest), avec ses 2 fois 4 voies, est au ralenti et à peine dégagée ce matin vers 8h.

    Micro-climat lacustre

    Voie rapide de gauche OK...

    Micro-climat lacustre

    ...mais ça se gâte si on revient à droite...

    Tempête au bout du lac

    Et avec ça, un ressenti de -18℃ !

     

    C'est "l'effet de lac", rencontre d'air froid avec la surface de l'eau, qui occasionne cette chute de neige très localisée sur notre cité d' Oakville et alentours.

    micro-climat

    source: Meteomedia

     

    Côté New York, les prévisions aujourd'hui à 13h30 sont déjà plus impressionnantes !

    micro-climat

    source: Meteomedia

    On verra demain si là-bas les records de hauteur de neige sont battus, comme annoncé...

     

    Chez nous ça devrait se limiter à 15cm, parfait pour s'amuser à la récré toute la semaine biggrin !


    votre commentaire
  •  

    L'année dernière, grand plongeon dans l'inconnu, on était complètement largués avec l'école...

    Entre le Red Day, le Red and Green Day, le Red and White Day, le Beach Day, le Crazy Hair Day, et j'en passe, y'a de quoi s'arracher les cheveux quand on a zéro ami pour aider à décrypter tout ça arf

    Le tourbillon des

    Depuis septembre dernier, c'est reparti de plus belle:

    • Halloween (costumé bien sûr),
    • Remembrance Day (journée en rouge),
    • Book Fair (bourse aux livres)
    • Kindergarten Observation Day (immersion d'une heure dans la classe du Petit)
    • Joy Day (confection de décorations et re-immersion en maternelle),
    • Saint Nicolas' workshop (shopping de Noël pour la famille),
    • Pyjama Day (tout le monde en pyjama à l'école, y compris les profs!),
    • Pioneer Day (jounée "Petite maison dans la prairie")….

     

    En voici quelques souvenirs en couleur:

     

    • Immersion dans la classe du Kindergarten

    La course des cartables

    La course des cartables

    The castle 

    Le tourbillon de la vie scolaire

    Essai de culture de citrouille… 

     

    • Joy Day

    C'est vraiment une école?

     

    • St Nick's workshop 

    C'est vraiment une école?

    Le tourbillon de la vie scolaire

    Quelques lots de la tombola

    La course des cartables

    Qui veut offrir du produit vaisselle à Mamie ?

     

    • Pyjama Day 

    C'est vraiment une école?

     

    Et c'est pas fini, l'agenda est chargé d'ici à mi-février : Beach Day - le retour, puis Pancake Day ou Shrove Tuesday, Valentine's Day et Dance-a-thon (collecte de fonds), autant d'événements qui exigent de mettre encore davantage son nez dans les cartables, histoire de ne pas louper le formulaire à rendre pour hier ou la note qui annonce la couleur du lendemain. sarcastic

    Finalement ils n'ont pas beaucoup de vacances, ces petits Canadiens, mais ils ont bien des occasions de s'amuser !

    Le tourbillon des

    Evidemment, depuis l'année dernière, j'ai eu le temps de m'organiser et de me rapprocher des mamans qui savent tout.

    Pour mettre toutes les chances de mon côté et profiter, moi aussi, de cette ambiance ludique, j'ai posé ma candidature comme bénévole à l'école.

    Rien de plus normal ici, on attend des familles qu'elles s'investissent régulièrement et concrètement dans la vie scolaire. En septembre on vous fait passer un formulaire pour savoir si vous voulez devenir volontaire, avec une liste de 15 ou 20 tâches à cocher...Pas étonnant que ça grouille de parents à l'école ! Y'en a presque autant que de profs ...eek

    Pendant que vous réfléchissez à vous inscrire sur une ou plusieurs de ces alléchantes activités (de la confection de pancakes à l'entretien des plantations des petits, en passant par la déco pour le Dance-a-thon ), il vous faut récupérer votre "Police check record", assorti d'un " vulnerable sector screening"  au commissariat du District. En gros, on vérifie votre casier judiciaire, en s'assurant plus particulièrement que vous n'avez jamais agressé d'enfant (et ça marche aussi pour le bénévolat en maison de retraite wink2 ). 

    La course des cartables

    Pour ma part, je me suis fait embaucher à la foire aux livres de novembre, puis, de manière régulière, à la confection des Healthy snack baskets, ces paniers d'en-cas sains pour faire l'éducation alimentaire des enfants et, par ricochet, de leurs parents. 

    C'est vraiment une école?

    Le plus sympa pendant cette heure de labeur, c'est bien sûr de papoter avec les deux autres mamans (moment à la fois convivial et stratégique, où je m'assure que j'ai bien compris le programme des enfants et les prochaines échéances du calendrier scolaire yes); mais aussi de s'imprégner de toute cette agitation juvénile dont on récupère un peu d'énergie et d'enthousiasme; ou de regarder avec soulagement la marmaille se débattre avec les pantalons de neige à l'heure de la récré  (Ouf, y'a pas qu'à la maison que c'est le souk !). smile

    Ou encore d'écouter les potins des profs et de la directrice qui s'arrêtent pour bavarder en passant devant notre local… On se marre bien ! Enfin, moi je ne comprends (presque) rien mais je rigole quand même. happy 

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique