•  

    Depuis quelques jours, des bouffées de printemps nous titillent les sens ! 

    Et pour cause, le sud ontarien s'est réchauffé de 15℃ du jour au lendemain; un renversement climatique aussi soudain que bienvenu, après un mois de février blanc et glacial, et au Québec un froid si exceptionnel  qu'il s'inscrit en record historique depuis l'invention des relevés météo !  

    Willie aurait-il eu raison ?

    Il était temps car nous étions tous lassés de ce gel permanent; de ce blizzard piquant; des gerçures aux doigts et aux lèvres; des paquets de neige sautant de la route au trottoir au rythme des chasse-neige; des conduites d'eau qui éclatent dans le mur de certaine(s) maison(s); des enfants qui oscillent entre surexcitation pour défaut de recréations extérieures, et crises de fatigue pour défaut de vacances; des enfilages de manteaux et pantalons de ski interminables dans le rush du matin: "Avant de mettre tes bottes, mets des chaussettes ma chérie !!…", "Maman, j'ai cassé ma fermeture-éclair ! ? "

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Mais tout ça, c'est bientôt fini… Les canards n'ont plus qu'à remballer leur froid, et saluer la clairvoyance de la marmotte ontarienne Willie, la seule à avoir prédit un printemps hâtif cool, se démarquant de ses congénères plus pessimistes, Phil l'américaine, Fred la québécoise et Sam la néo-écossaise, pffff!

    Enfin, j'enterre peut-être un peu vite l'hiver… N'oublions pas que la dernière neige de 2014 est tombée le 15 avril.ouch

    En tout cas les prévisions pour la quinzaine ne font pas mentir Willie: journées quasiment toutes dans le positif ! Pas du 10℃  comme en France, mais tout de même, de l'avis général "it is warm !" depuis qu'on a franchi la barre des -10℃ la semaine dernière. Tout est relatif.

    Conséquence perverse du réchauffement: sur les trottoirs, risque accru de glissades sur les flaques de la veille ! Certains piétons préfèrent emprunter la route plutôt que de marcher sur des oeufs.

    Par contre, à ce régime-là (positif le jour, négatif la nuit) on ne devrait pas tarder à voir le sirop d'érable couler à flots happy.

    Willie, c'est le plus fort !

    Mais alors qu'on assiste à la fonte accélérée des neiges qui recouvrent pelouses et caniveaux, une petite larme nous vient…. Parce qu'on ne peut pas le nier, dernière(s) neige(s) ou pas, on ne retrouvera plus ce coeur d'hiver canadien, qui nous a émerveillés par sa blancheur élégante, avec un saupoudrage tardif de grésil qui a transformé l'onctueuse mousse en voluptueuse meringue.

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

     Willie, c'est le plus fort !

    Il nous a impressionnés à Niagara: une banquise au pied des chutes, recouvrant la rivière jusqu'au pont Rainbow.

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Il nous a divertis de ses activités outdoor à foison: patinage, ski, luge, boules et bonshommes de neige...

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie, c'est le plus fort !

    Willie aurait-il eu raison ?

    Et il nous a défié aussi, mais offert en même temps une leçon d'humilité, lorsque la conduite d'eau a éclaté un certain matin polaire. Ça tombait bien finalement, parce que la Miss a pu mettre en pratique pendant 4 jours une page de son dernier cours de sciences sociales : au temps des pionniers - chapitre 1: la vie sans eau courante.  ^^

    Alors malgré les mauvaises surprises, il va nous manquer, l'hiver canadien; notre prochaine saison froide sera un gentil frimas français, avec plus de température certes, mais moins de tempérament.

     


    4 commentaires
  •  

    L'autre jour j'ai failli emboutir une voiture dans un carrefour. 

    J'ai freiné, pile sur la ligne blanche, quand j'ai vu les deux véhicules de droite s'engager en me coupant la route, réalisant à ce moment précis que quelque chose clochait.

    "OH…MY…GOSH!" oh, comme diraient les enfants. Le feu est rouge!

    Donc faut s'arrêter. 

    Oui… ça parait bête, mais ici, ce n'est pas si évident que ça… car on prend vite l'habitude de passer au rouge pour tourner à droite, une tolérance dans le Code de la route canadienne, et tellement dans les moeurs qu'on peut se faire klaxonner si on y déroge.

    (Seule exception: Montréal se la joue réglo, rouge c'est rouge, m'enfin !)

    Le rouge oui, mais avec modération

    Ça finit par mettre sens dessus dessous vos vieux automatismes. Rouge, je m'arrête, Vert, je passe, Rouge, je m'arr… je passe? Vert, je m'arrête…euh ? oh  Allons bon, maintenant il faut réfléchir pour conduire ?!

    Pas étonnant qu'on voie régulièrement de la tôle froissée dans les carrefours ! Si le (bon) sens inné bouscule les réflexes acquis, c'est un peu la roulette russe.

    Alors restez bien attentifs quand vous êtes prioritaire, gardez un pied au-dessus du frein pour anticiper le chauffeur pressé qui forcerait le passage à votre droite, ou pour éviter la conductrice aux déviances daltoniennes oops

    Le rouge oui, mais avec modération

    Dangereux sûrement, mais pratique pour gagner un peu de temps dans ce pays où les ronds-points n'ont pas encore été inventés ^^. Ah si, j'en ai bien rencontré un ou deux… mais ridiculement petits !

    J'ai lu dans la presse locale qu'ils pensent en installer sur Oakville (des ronds-points) et ça semble beaucoup inquiéter les usagers, cette priorité à gauche… C'est drôle, parce qu'ils la pratiquent déjà aux feux rouges ! 

    En tout cas, aucun risque de faire manifester les partisans des priorités à droite… puisqu'elles n'existent tout simplement pas ! Dans les carrefours multi-stop, le premier qui passe, c'est le premier arrivé. Le bon sens, n'est-ce-pas ?

    Même si ces quelques règles spécifiques peuvent embrouiller le cerveau, le droit à la conduite pour les étrangers ne nécessite généralement pas de remise à niveau théorique ni pratique, seulement l'échange de  son permis contre un équivalent ontarien - format carte bancaire - après avoir rempli un formulaire, payé 80 $ et passé un simple test de la vue.

    C'est donc ce que j'ai fait, un an après notre arrivée, et en quatrième vitesse puisque j'avais dépassé de 9 mois la date limite d'acceptabilité de ma feuille rose ! Il était temps… Sans compter qu'une pièce d'identité canadienne est bien utile pour ouvrir certaines barrières administratives. 

     

    Finalement la conduite au Canada est globalement plus simple qu'en Europe: boîtes automatiques de série, routes larges et en damier, visibilité parfaite à tout carrefour...

    On aime aussi cette voie "écologique", à gauche sur l'autoroute, réservée aux véhicules de deux occupants et plus. Bravo ! On gagne un temps précieux aux heures de pointe.

    Le rouge oui, mais avec modération

    Enfin, comble du pragmatisme (ou astuce de sensibilisation à la sécurité routière ?), ces formulaires qui arrivent par la poste avec votre permis de conduire, vous incitant à vous déclarer donneur d'organes. ouch

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique